Loading...

Groupes de travail

GROUPES DE TRAVAIL INTERSECTORIELS

La crise de la COVID-19 pousse la recherche québécoise à innover et à se doter de nouvelles configurations de travail liant la recherche de pointe avec les décideurs, administrateurs des services de santé et autres acteurs impliqués dans la gestion de la pandémie. Le RQCP a à cœur d’accomplir cette tâche, en soutien aux structures de recherche québécoises existantes.

Pour ce faire, notre équipe a fait le choix de créer des groupes de travail thématiques intersectoriels et transversaux afin de : 1) produire des orientations de recherche à court terme aux décideurs et aux institutions impliquées dans la gestion de la pandémie; 2) documenter les leçons apprises et mettre en commun les savoirs afin de soutenir le Québec dans le cadre de la crise de la COVID et à se préparer collectivement à d’éventuelles autres pandémies.

GROUPE DE TRAVAIL SUR L’ÉVALUATION ET L’INNOVATION EN RECHERCHE CLINIQUE

Mandat

Ce groupe a pour mandat d’identifier, à la lumière des recherches les plus actuelles, des structures de réponse rapide à déployer en temps de crise permettant de coordonner rapidement et efficacement les établissements de soins de santé avec les acteurs de l’évaluation et de l’innovation en recherche clinique.  Les thèmes abordés pourraient être, entre autres et à titre d’exemples: les modes d’adaptation rapide des activités cliniques à la réalité de la nouvelle maladie, la coordination du corecrutement de patients, l’optimisation des ressources hospitalières, la mise en place d’un processus coordonné d’approbation de projets, ou toutes autres mesures structurantes permettant d’accélérer l’obtention de données probantes sur lesquelles fonder la recherche sur les protocoles de traitement et de soins.

Composition

Présidence : Dr François Lamontagne, Clinicien-chercheur, CHU de Sherbrooke

Michaël Chassé, Intensiviste, CRCHUM
Colette Bellavance, Directrice des services professionnels, CIUSSS Sherbrooke
Michèle De Guise, Vice-présidente scientifique, Recherche et évaluation, INESSS
Rob Fowler, Intensiviste et chercheur clinicien, Institut Sunnybrook
Paul L’Archevêque, Directeur du bureau de l’innovation, MSSS
Jean-Lucien Rouleau, Professeur, Université de Montréal
Lynne Moore, Professeure, CHU de Québec
Stéphane J. Tremblay, Président-directeur général, CHU de Sherbrooke

GROUPE DE TRAVAIL SUR L’ORGANISATION DES SOINS ET SERVICES ET DES POLITIQUES DE SANTÉ EN CONTEXTE DE CRISE

Mandat

Comme nous avions pu le constater lors de l’épidémie SIDA des années 80-90, une situation de crise reliée à une épidémie/pandémie est à la fois un révélateur implacable des dysfonctionnements chroniques des réseaux de santé mais aussi un accélérateur unique d’innovation en tout genre (pratiques, processus, traitements, technologies, etc.).

Dans cette perspective et à la lumière des observations et constats faits durant la première vague de contamination COVID-19, le groupe de travail a pour principal mission d’identifier les ajustements, adaptations, changements, voire transformations nécessaires en matière d’organisation et de politiques de santé afin d’orienter la recherche dans sa capacité à contribuer significativement lors de la deuxième vague ou d’autres pandémies. Il a aussi pour objectif d’identifier et soutenir les développements nécessaires sur le plan de la recherche dans un tel contexte.

Composition

Présidence :

Vincent Dumez, Codirecteur du Centre d’excellence sur le partenariat avec les patients et le public, Codirecteur Stratégie de recherche en partenariat avec les patients et le public, Unité de soutien SRAP du Québec

Jean-Louis Denis, Professeur, École de santé publique de l’Université de Montréal

Luciano Barin-Cruz, Professeur, HEC-Université de McGill
Martin Beaumont, Président-directeur général, CHU de Québec
Roxanne Borgès-DaSilva, Professeure, Université de Sherbrooke
Johanne Castonguay, Commissaire à la santé et au bien-être
André Côté, Professeur, Université Laval
Clara Dallaire, Patiente partenaire
Jean-François Éthier, Chercheur, CHU de Sherbrooke
Antoine Groulx, Président, Alliance Santé Québec
Najia Hachimi-Idrissi, Présidente-directrice générale, CSSS de l’Ouest-de-l’Ile-de-Montréal
François Lamontagne, Clinicien-chercheur, CHU de Sherbrooke
Aude Motulski, Professeure, École de santé publique de l’Université de Montréal
Élisabeth Pagé, Adjointe à la Direction des services de santé, INESSS
Marie-Pascale Pomey, Patiente partenaire

GROUPE DE TRAVAIL SUR LES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION

Mandat

Les équipements de protection constituent en temps de pandémie un facteur stratégique d’une grande importance pour les travailleuses, travailleurs afin d’assurer la continuité des soins et des services essentiels offerts à la population.  La crise sanitaire de la COVID-19 a mis au jour plusieurs enjeux relatifs à ce type de matériel. Le groupe de travail s’occupera de mobiliser les connaissances de pointe sur les équipements en lien avec la COVID-19 et ce, tant en matière d’approvisionnement, conception, fabrication, recyclage, utilisation et distribution à l’échelle québécoise.

Composition

Présidence : Stéphane Bedwani, Professeur, CRCHUM

Ali Bahloul, Chercheur, IRSST
Jean Béliveau, Chef du service achat et de la performance logistique, CISSS de la Montérégie-Centre
Frank Béraud, Président, Montréal InVivo
Laurence Bernard, Professeure, Université de Montréal
Daniela Candido, Directrice logistique, CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal
Jacques De Guise, Professeur, CRCHUM/ETS
Nathalie Grandvaux, Professeure, CRCHUM (observatrice)
Lucas Hof, Professeur, ETS
Élizabeth Libby, Patiente partenaire
Nathalie Ouimet, Vice-présidente, Montréal InVivo
Hélène Ricard, Bureau de l’innovation, MSSS

GROUPE DE TRAVAIL SUR LA SANTÉ MENTALE DES POPULATIONS

En collaboration avec les Fondations Philanthropiques Canada et la Fondation Trottier

Mandat

À la lumière des recherches les plus actuelles, ce groupe a pour mandat d’identifier les éléments d’une stratégie de recherche en santé mentale des populations au prisme de la crise de la COVID, qui soit alimentée par les dernières recherches et les données probantes. Plus spécifiquement, il vise à :

1)   Prioriser les besoins de recherche en fonction de la situation actuelle et des enjeux anticipés d’une prochaine vague ou d’une autre pandémie et ce, pour différents groupes de la population (ex. professionnels de la santé, travailleurs essentiels, aînés, jeunes, personnes touchées par la COVID-19 et leurs proches, personnes ayant des maladies mentales préexistantes) et territoires (ex. caractéristiques des communautés);

2)   Identifier les recherches interventionnelles à prioriser à court terme;

3)   Décrire le financement et le soutien à la recherche nécessaires (ex. développement des capacités, mobilisation et diffusion des connaissances) pour le déploiement de la stratégie ainsi que l’accélération du déploiement des interventions les plus probantes.

Composition

Présidence : Janie Houle, Professeure, UQAM

Antoine Boivin, Codirecteur du Centre d’excellence sur le partenariat avec les patients et le public
Jean-Pierre Brun, Professeur, Université Laval
Simon Courtemanche, Patient partenaire
Carl-Ardy Dubois, Professeur, École de santé publique de l’Université de Montréal
Marie-Josée Fleury, Professeure, Institut Douglas
Stéphane Guay, Directeur scientifique, Institut universitaire en santé mentale de Montréal
Lyne Jobin, Directrice par intérim, Direction des services sociaux, INESSS
Matthew Menear, Chercheur postdoctoral, Université Laval
Pasquale Roberge, Professeure, CHU de Sherbrooke
Cécile Rousseau Professeure, Université McGill
Xavière Sénéchal, Patiente partenaire
Helen Maria Vasiliadis, Professeure, Université de Sherbrooke
Félix-Antoine Véronneau, Coordonnateur COVID-19, Fondations philanthropiques du Canada

GROUPE DE TRAVAIL SUR LA COMMUNICATION JEUNESSE

En collaboration avec les Fondations Philanthropiques Canada et la Fondation Trottier

Mandat

À la lumière des recherches les plus actuelles, ce groupe de travail a pour mandat d’identifier une stratégie de recherche en communication avec la jeunesse en contexte de pandémie qui soit alimentée par les dernières recherches et les données probantes.

Il pourrait aborder :

1)   Les besoins de recherche en vue de la consolidation/développement de moyens de communication avec les jeunes dans le but de minimiser les risques de contamination incluant le travail de proximité (ex.: intervenants jeunesse, travailleurs de rue, leaders communautaires), les médias sociaux (influenceurs, messages ciblés) et les campagnes publicitaires de masse; Le groupe pourrait s’inspirer notamment de travaux déjà établis sur les MTS, le tabac, l’alcool et le cannabis;

2)   La priorisation de ces besoins de recherche en fonction de la situation actuelle et des enjeux anticipés d’une potentielle 2e vague et ce, pour différents profils de jeunes;

3)   L’évaluation du financement et le soutien à la recherche nécessaires pour le déploiement de la stratégie ainsi qu’à l’accélération du déploiement des moyens les plus probants.

Composition

Présidence : Martin Goyette, Professeur, ENAP

Amal Abdel-Baki, Professeure, CRCHUM
Marjo Cellier, Patiente partenaire
Simon Courtemanche, Patient partenaire
Simon Larose, Professeur, Université Laval
Denis Lafortune, Professeur, Université de Montréal
Lyne Jobin, Directrice par intérim, Direction des services sociaux, INESSS
Annie Fontaine, Professeure, Université Laval
Julie Lane, Professeure, Université de Sherbrooke
Karine Bertrand, Directrice, Institut universitaire sur les dépendances, Université de Sherbrooke
Emmanuelle Trépanier, Professeure et chercheuse clinicienne, Université de Montréal
Félix-Antoine Véronneau, Coordonnateur COVID-19, Fondations philanthropiques du Canada

GROUPE DE TRAVAIL SUR LA PLACE DE LA RECHERCHE FONDAMENTALE EN CONTEXTE DE CRISE

Mandat

En réaction à la première vague de la COVID-19, toutes les sphères de la société se sont considérablement transformées sous l’effet des mesures de santé publique visant à résorber la crise. L’écosystème de la recherche n’a pas échappé à ces perturbations. Si la recherche fondamentale directement liée à la COVID-19 a bénéficié d’un support financier majeur et d’une adaptation rapide des infrastructures et services, à l’inverse, la recherche non directement reliée à la COVID-19 a été interrompue par la fermeture temporaire des laboratoires de recherche. Cette interruption des activités a révélé de nombreux enjeux relatifs au rôle attribué à la recherche fondamentale dans le cadre de la crise.

Le Groupe de travail sur la place de la recherche fondamentale en contexte de crise a pour mandat de : 1) Produire un état des lieux des écueils vécus par l’écosystème de la recherche fondamentale non-COVID-19 lors de la première vague de COVID-19 et les conséquences à court et long terme; 2) Au vu de ces constats, le groupe de travail documentera le caractère essentiel de la recherche fondamentale des trois secteurs (santé, société et culture, sciences et technologies) en situation de crise sanitaire; 3) Finalement, le groupe de travail proposera à partir des leçons apprises un cadre pratique permettant d’assurer la continuation des activités de recherche fondamentale lors d’une deuxième vague de COVID-19 ou d’éventuelles crises sanitaires futures.

Composition

Présidence : Marc Pouliot, Professeur, Université Laval

À venir…